Главная АвторыЖанрыО проекте
 
 

«Les Habits Noirs Tome VII – Les Compagnons Du TrГ©sor», Paul FГ©val

Найти другие книги автора/авторов: ,

Le National, 15 juin 1870 – 22 février 1872

Paris, E. Dentu, 1872

PremiГЁre partie Г‰tonnante aventure de Vincent Carpentier

I La santГ© de Vincent

Vers le commencement du rГЁgne de Louis-Philippe, au milieu de Paris, agitГ© par les conspirations rГ©publicaine et lГ©gitimiste, il y avait une maison, austГЁre et calme comme un cloГ®tre.

 

Le bruit et le mouvement l’entouraient, car elle était située non loin du Palais-Royal, à quelques pas du passage Choiseul, où se réunissaient alors, dans le même local, une goguette de «joyeux» vaudevillistes et un des plus célèbres parmi les conciliabules politiques. Mais ni l’écho des harangues, ni le refrain des chansons n’arrivaient jusqu’à cet asile, respecté à l’égal d’un sanctuaire et que la solitude de la rue Thérèse semblait abriter contre tous les tapages de la comédie humaine: clameurs de colère ou cris de plaisir.

 

Ah! qu’il était glorieux alors, le toupet du roi-citoyen! Et son chapeau gris! Et son parapluie! Je ne crois pas qu’il y ait eu de souverain plus populaire que Louis-Philippe d’Orléans. Son portrait était à la fois dans tous les journaux à images et sur toutes les murailles, un portrait qui représentait magistralement une grosse poire, déguisée par une paire de favoris anglais et qui était d’une frappante ressemblance.

 

On s’amusait avec ce cher roi, tout doucement, sans fiel, à la bonne franquette; on l’appelait «M. Chose» ou «M. Untel», ou encore «La meilleure des républiques»; son fils aîné n’était connu que sous le nom de Poulot; on avait fait à sa sœur la réputation de boire des petits verres: tout le monde lui tapait amicalement sur le ventre, en l’accusant de voler aux Tuileries comme dans un bois et d’avoir accroché, par une nuit bien noire, le cou de son vieil oncle, le dernier Bourbon-Condé, à l’espagnolette d’une fenêtre de Saint-Leu pour procurer une position au petit duc d’Aumale, charmant enfant d’ailleurs et fort intelligent.

 

C’était le bon temps. La Mode , Le Charivari, La Caricature gagnaient un argent fou; l’hiver, les gamins faisaient des citrouilles de neige qui étaient encore le portrait du roi et qu’on décorait de la fameuse légende: Gros-gras-bête.

 

N’est-ce pas là le comble de la popularité?

 

Il n’y avait à Paris qu’un seul homme plus caressé, plus vilipendé que le roi. C’est un philanthrope, connu sous le nom du «Petit-Manteau-Bleu» et dont les cinq parties du monde se moquaient à cœur joie parce qu’il distribuait des soupes aux pauvres dans le quartier des Halles.

 

Le fait de distribuer des soupes constitue-t-il donc un crime ou une incongruité? Je ne sais pas, mais j’ai toujours vu ceux qui donnent suspectés, mis à la question et en définitive exécutés par ceux qui ne donnent pas.

 

C’est tout simple.

 

Ceux qui ne donnent pas forment l’immense majorité.

 

Mais voyez, cependant, le pouvoir de la vraie, de la haute vertu: dans cette paisible maison de la rue Thérèse habitait un saint vieillard, qui faisait bien autre chose que de distribuer des soupes. Il avait institué lui tout seul, et grâce à sa fortune considérable, un établissement de secours qui fonctionnait régulièrement comme les bureaux de l’assistance publique.

 

Seulement il fonctionnait bien mieux: nul n’aura de peine à me croire.

 

Peu à peu, quelques personnes éminentes, mais discrètes, s’étaient jointes à ce vieillard pour former l’admirable commandite de la charité.

 

C’était un service organisé; la maison avait ses visiteurs, chargés du contrôle, ses employés qui recevaient et classaient les demandes.

 

Ici, du matin jusqu’au soir, on travaillait à donner, comme ailleurs on s’efforce pour recevoir.

 

Cela se faisait sans faste ni affichage, mais cela se faisait au vu et au su de tout le monde.

 

Eh bien! que ceci soit dit à la louange de Paris, loin d’insulter le colonel Bozzo-Corona, patron de ce merveilleux office, Paris l’honorait et le respectait, ainsi que son intelligent secrétaire général M. Lecoq de la Périère. Paris daignait ne point s’opposer à leur œuvre, d’autant plus utile qu’elle s’adressait, disait-on, à une classe d’indigents à qui le malheur conseille trop souvent le crime.

 

Le colonel Bozzo et son auxiliaire, actif, adroit comme un diplomate de la police, sondaient les profondeurs de la grande ville pour y plonger le bienfait.

 

Paris n’est pas toujours content quand on le sauvegarde; mais par hasard Paris se laissait ici protéger sans se fâcher, et l’hôtel de la rue Thérèse était partout en odeur de vénération.


Еще несколько книг в жанре «Научная Фантастика»

Актея, Александр Дюма Читать →