Главная АвторыЖанрыО проекте
 
 

«Un CЕ“ur Faible», FГ©dor DostoГЇevski

Найти другие книги автора/авторов: ,
Иллюстрация к книге

 

Traduction Michel Forstetter

 

Un CЕ“ur Faible (SlaboГ© SerdtsГ©) a paru dans В«Les Annales de la PatrieВ» en fГ©vrier 1848, t. LVI.

 

Deux jeunes amis, tous deux fonctionnaires dans la même administration, habitaient ensemble au troisième étage d’un immeuble. Ils se nommaient Arkadi Ivanovitch Néfédévitch et Vassia Choumkov… L’auteur se sent évidemment obligé d’expliquer au lecteur pourquoi l’un de ses protagonistes est désigné par son véritable prénom, tandis que l’autre n’a droit qu’à un diminutif. Il croit devoir le faire, ne serait-ce que pour éviter qu’on lui reproche de se conduire de façon par trop désinvolte; mais, dans ce cas, il lui faudrait préciser d’abord le grade, puis l’âge, le titre, la situation et même le caractère de chacun… Comme, d’autre part, de trop nombreux écrivains ont coutume de débuter précisément de cette manière, l’auteur de la présente nouvelle prend la liberté d’entrer directement dans l’action (ceci étant sans doute, et selon l’avis de certains, la preuve d’un amour-propre exagéré). Après ce préambule donc, il commence son récit.

 

À la veille du Nouvel An, Choumkov rentra chez lui vers six heures du soir. Arkadi Ivanovitch, qui reposait sur le lit, se réveilla et regarda son ami à travers ses paupières mi-closes. Il vit que l’autre était vêtu de son meilleur complet et d’une chemise extraordinairement propre. Ceci évidemment l’intrigua. «Pourquoi donc Vassia s’est-il ainsi accoutré? pensa-t-il. Mais c’est vrai, il n’a pas dîné à la maison!» Entre temps, Choumkov alluma la bougie, et Arkadi Ivanovitch comprit aussitôt que son ami s’apprêtait à le réveiller à l’improviste.

 

En effet, Vassia toussota à plusieurs reprises, fit deux fois le tour de la chambre et, pour finir, laissa tomber – tout à fait par hasard – sa pipe qu’il venait de bourrer, dans un coin près du poêle. Arkadi Ivanovitch rit intérieurement.

 

– Cette comédie a assez duré, Vassia, dit-il.

 

– Arkacha, tu ne dors pas?

 

– Je ne saurais l’affirmer, mais il me semble que non.

 

– Oh! Arkacha! Bonjour, mon cher ami! Eh bien! mon bon… Eh bien! mon brave, tu ne peux savoir ce que j’ai à te dire!

 

– Aussi je l’ignore complètement. Mais approche donc!

 

Vassia ne semblait qu’avoir attendu cette invitation. Il s’approcha tout de suite, sans se méfier d’Arkadi Ivanovitch. Ce dernier, cependant, d’un geste adroit, le saisit aux poignets, le retourna, le jeta sur le lit et l’y maintint dans une position incommode, ce qui manifestement l’amusa fort.

 

– Ah! je te tiens à présent! cria-t-il; je te tiens!

 

– Arkacha, Arkacha! que fais-tu, voyons? Lâche-moi, de grâce, tu vas abîmer mon habit!…

 

– Qu’importe? Quel besoin as-tu de ton habit? Pourquoi as-tu été assez confiant pour te laisser prendre? Raconte! Où as-tu été? Où as-tu dîné?

 

– Arkacha, lâche-moi, pour l’amour de Dieu!

 

– Où as-tu dîné?

 

– Mais c’est justement ce que je veux te raconter!

 

– Alors, raconte!

 

– Mais lâche-moi d’abord!

 

– Eh bien! non, je ne te lâcherai pas avant que tu m’aies tout raconté!

 

– Arkacha! Ne comprends-tu pas que c’est impossible, tout à fait impossible! criait Vassia qui, peu robuste, essayait en vain de se dégager des mains puissantes de son adversaire. Il y a certains sujets…

 

– Quels sujets?

 

– Eh bien! il y a certains sujets qu’on ne peut aborder dans une position pareille sans risquer de perdre toute sa dignité. Cela te paraîtra ridicule… et pourtant, il s’agit d’une affaire importante.

 

– Au diable, l’importance! Que vas-tu encore inventer? Raconte-moi plutôt ce que tu as à me dire d’une façon amusante. Quant aux choses importantes, je n’y tiens pas! Sinon, où est l’amitié? Dis-moi plutôt: que fais-tu de l’amitié? Allons!

 

– Je t’assure, Arkacha, que cela n’est pas possible!

 

– Et moi, je n’en veux pas entendre parler!

 

– Eh bien! Arkacha, commença Vassia, couché au travers du lit et s’efforçant de parler avec le plus de solennité possible, je te le dirai peut-être, Arkacha; seulement…

 

– Alors, de quoi s’agit-il enfin?

 

– Eh bien! je me suis fiancé!

 

Sans prononcer une parole, Arkadi Ivanovitch souleva Vassia comme on soulève un enfant, bien que Vassia ne fût pas de petite taille, mais, au contraire, plutôt élancé, quoique assez maigre; puis il se mit à le promener sur ses bras, d’un bout de la chambre à l’autre, tout en faisant semblant de le bercer.

 

– Et si je te mettais dans les langes, mon beau fiancé? répétait-il de temps en temps.

 


Еще несколько книг в жанре «Русская классическая проза»