Главная АвторыЖанрыО проекте
 
 

«Courrier Sud», Antoine de Saint-ExupГ©ry

Найти другие книги автора/авторов: ,
Найти другие книги в жанре: Классическая проза (Все жанры)

 

Un mГ©canicien monte Г  lui:

 

– Six cent trente kilos.

 

– Bien. Passagers?

 

– Trois.

 

Il les prend en consigne sans les voir.

 

Le chef de piste fait demi-tour vers les manЕ“uvres:

 

– Qui a goupillé ce capot?

 

– Moi.

 

– Vingt francs d’amende.

 

Le chef de piste jette un dernier coup d’œil: ordre absolu des choses; gestes réglés comme pour un ballet. Cet avion a sa place exacte dans ce hangar, comme dans cinq minutes dans ce ciel. Ce vol aussi bien calculé que le lancement d’un navire. Cette goupille qui manque: erreur éclatante. Ces ampoules de cinq cents bougies, ces regards précis, cette dureté pour que ce vol relancé d’escale en escale jusqu’à Buenos-Ayres ou Santiago du Chili soit un effet de balistique et non une œuvre de hasard. Pour que, malgré les tempêtes, les brumes, les tornades, malgré les mille pièges du ressort de soupape, du culbuteur, de la matière, soient rejoints, distancés, effacés: express, rapides, cargos, vapeurs! Et touchés dans un temps record Buenos-Ayres ou Santiago du Chili.

 

– Mettez en route.

 

On passe un papier au pilote Bernis: le plan de bataille.

 

Bernis lit:

 

«Perpignan signale ciel clair, vent nul. Barcelone: tempête. Alicante…»

 

Toulouse. 5 h. 45.

 

Les roues puissantes écrasent les cales. Battue par le vent de l’hélice, l’herbe jusqu’à vingt mètres en arrière semble couler. Bernis, d’un mouvement de son poignet, déchaîne ou retient l’orage.

 

Le bruit s’enfle maintenant, dans les reprises répétées, jusqu’à devenir un milieu dense, presque solide où le corps se trouve enfermé. Quand le pilote le sent combler en lui quelque chose de jusqu’alors inassouvi, il pense: c’est bien. Puis regarde le capot noir appuyé sur le ciel, à contre-jour, en obusier. Derrière l’hélice, un paysage d’aube tremble.

 

Ayant roulé, lentement, vent debout, il tire à lui la manette des gaz. L’avion, happé par l’hélice, fonce. Les premiers bonds sur l’air élastique s’amortissent et le sol enfin paraît se tendre, luire sous les roues comme une courroie. Ayant jugé l’air, d’abord impalpable puis fluide, devenu maintenant solide, le pilote s’y appuie et monte.

 

Les arbres qui bordent la piste livrent l’horizon et se dérobent. À deux cents mètres on se penche encore sur une bergerie d’enfant, aux arbres posés droit, aux maisons peintes, et les forêts gardent leur épaisseur de fourrure: terre habitée…

 

Bernis cherche l’inclinaison du dos, la position exacte du coude qui sont nécessaires à sa paix. Derrière lui, les nuages bas de Toulouse figurent le hall sombre des gares. Maintenant, il résiste moins à l’avion qui cherche à monter, laisse s’épanouir un peu la force que sa main comprime. Il libère d’un mouvement de son poignet chaque vague qui le soulève et qui se propage en lui comme une onde.

 

Dans cinq heures Alicante, ce soir l’Afrique. Bernis rêve. Il est en paix: «J’ai mis de l’ordre.» Hier, il quittait Paris par l’express du soir; quelles étranges vacances. Il en garde le souvenir confus d’un tumulte obscur. Il souffrira plus tard, mais, pour l’instant, il abandonne tout en arrière comme si tout se continuait en dehors de lui. Pour l’instant, il lui semble naître avec le petit jour qui monte, aider, ô matinal, à construire ce jour. Il pense: «Je ne suis plus qu’un ouvrier, j’établis le courrier d’Afrique.» Et chaque jour, pour l’ouvrier, qui commence à bâtir le monde, le monde commence.

 

«J’ai mis de l’ordre…» Dernier soir dans l’appartement. Journaux pliés autour des blocs de livres. Lettres brûlées, lettres classées, housses des meubles. Chaque chose cernée, tirée de sa vie, posée dans l’espace. Et ce tumulte du cœur qui n’avait plus de sens.

 

Il s’est préparé pour le lendemain comme pour un voyage. Il s’est embarqué pour le jour suivant comme pour une Amérique. Tant de choses inachevées l’attachaient encore à lui-même. Et tout à coup, il était libre. Bernis a presque peur de se découvrir si disponible, si mortel.

 

Carcassonne, escale de secours, sous lui dГ©rive.

 

Quel monde bien rangé aussi – 3.000 mètres. – Rangé comme dans sa boîte la bergerie. Maisons, canaux, routes, jouets des hommes.

 

Monde loti, monde carrelГ©, oГ№ chaque champ touche sa haie, le parc son mur. Carcassonne oГ№ chaque merciГЁre refait la vie de son aГЇeule. Humbles bonheurs parquГ©s. Jouets des hommes bien rangГ©s dans leur vitrine.

 

Monde en vitrine, trop exposé, trop étalé, villes en ordre sur la carte roulée et qu’une terre lente porte à lui avec la sûreté d’une marée.

 


Еще несколько книг в жанре «Классическая проза»

Судьба и ремесло, Алексей Баталов Читать →